Fil d’ariane au Contamines-Montjoie

Entourées par le Mont Blanc, les Dômes de Miage ou encore le Mont Joly, les Contamines-Montjoie sont réputées pour la richesse des sentiers de randonnées qu’elles proposent.
Et cet été, ce n’est pas seulement le paysage époustouflant qui va étonner les randonneurs.
L’un des tracés, menant du village (1164m) au Col du Joly (1898m) a en e% et été habillé de laine. Un clin d’oeil à l’opération de land art 100% Pure Laine couronnée de succès cet hiver.

EN ÉCHO À L’OPÉRATION 100% PURE LAINE DE CET HIVER

Cette démarche à la fois artistique et sociale avait connu un énorme succès. Enfants, touristes, locaux, résidents des maisons de retraites voisines ont participé à ce grand projet inter-génération en prenant les aiguilles et les pelotes de laine. Résultat : la station avait terminé l’hiver emmitouflée. arbres, poteaux, mobiliers urbains et même télésièges étaient alors habillés de carrés de laine de toutes les couleurs.

UN FIL D’ARIANE SYMBOLIQUE ENTRE SAVOIE ET HAUTE SAVOIE

Ces centaines d’ouvrages confectionnés ont donc été réutilisés sur ce chemin de randonnée. Piquets et pancartes se trouvent désormais bien au chaud tout au long du parcours. Symbolique de l’opération : le choix de ce sentier précisément n’est pas anodin. Il mène en e% et de la Haute Savoie à la Savoie. C’est donc un fil d’Ariane de laine qui lie deux départements, deux vallées, deux paysages ! Quant aux enfants, ils sont ravis : ces distractions à repérer tout au long du parcours leur feraient presque oublier la journée de marche.

LE KNIT GRAFFITI, C’EST QUOI ?

Pas de bombe de peinture mais des centaines de pelotes de laine de toutes les couleurs utilisées pour réaliser des tricots qui sont venus entourer les sapins, les chalets, les panneaux de signalisation, les lampadaires, les télésièges et les téléskis !
D’où vient le Knit Gra< ti ? Appelé aussi « yarn bombing » ou en Français « bombage à la laine », ce mouvement a vu le jour en 2005 au Texas grâce à Magda Sayeg qui a eu l’idée de décorer sa boutique avec un vêtement de laine spécialement tricoté pour l’occasion. Depuis, le concept a fait des émules aux quatre coins de la planète et l’on tricote pour des monuments, du mobilier urbain, des rues et même des voitures et des bus ! Une tendance qui s’inscrit dans celle du Land Art qui utilise le cadre et les matériaux de la nature pour s’exprimer

source dossier de presse

Ce contenu a été publié dans Actu-Pays du mont-Blanc, Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.